• Image 1
  • Image 2
  • Image 3
  • Image 4

Billet

NEUF BIGORS DU 11ème RAMa A BORD DU « GEORGES LEYGUES »

Par FASM Georges Leygues le vendredi, 18 mars 2011, 06:24

Pendant quatre jours, le « Georges Leygues » accueille neuf bigors (*) de la section « appui mortier » du 11ème Régiment d’Artillerie de Marine (11ème RAMa). Ces soldats embarqués à bord du Mistral pour le début de la mission EAOM, appartiennent au Groupement Tactique Embarqué (GTE), composante de l’armée de Terre pour le groupe amphibie. Un évènement marquant pour le « Georges Leygues » et le 11ème RAMa, jumelés depuis bientôt 5 ans !

Pour les neuf soldats du 11ème RAMa, « cet embarquement sur une frégate est une première ! », comme le confie l’adjudant, chef de la section. Plutôt habitués aux bâtiments amphibies, comme les transports de chalands et de débarquement (type « Siroco »), ou les BPC (bâtiment de projection et de commandement), ils profitent de cette occasion pour découvrir à la mer un bâtiment de combat, spécialisé dans la lutte anti-sous-marine.

 

 

Cet embarquement s’inscrit également dans le cadre d’un jumelage entre le 11ème RAMa et la frégate « Georges Leygues ». En effet, par une charte signée le 12 juillet 2006, les deux unités, ont décidé de renforcer les liens forts noués par le passé. La brigade de protection du bord avait d’ailleurs été reçue en février 2010 au 11ème RAMa, au camp de la Lande d’Ouée, près de Rennes, pour un stage d’infanterie et d’aguerrissement de deux jours.

 

Cet embarquement permet donc aux « bigors  du 11ème » de faire d’une pierre deux coups !

 

 

(*) bigor : nom donné aux artilleurs des régiments de marine.

Il existe plusieurs explications pour ce terme :

1)      Il peut provenir du terme employé à l’époque sur les navires de guerre pour la sortie des canons : « Bigues hors »

2)      Avant les canons étaient sur les navires, puis ils ont été mis à terre. Donc pour rappeler l’image d’un bigorneau qui est fixé à la roche, on utilise le terme « bigor », pour imager l’artilleur et son canon accrochés à la roche.

3)      Il peut provenir du verbe Bigorner (fam.), qui signifie : se battre, donner des coups.

 

 

 

Partager